Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par LeSage88

Le problème des vacances à la montagne, c'est quand il pleut. Des cordes en plus. Mais grâce à ce petit répit dans mes randos alpines (mon talon gauche cloqué est heureux), je vais pouvoir rédiger ce petit billet en attendant une accalmie... (edit: qui n'est pas venue de toute la journée!).

 

Allez, au hasard, je vais parler du rush poker en tournoi, mon nouveau dada.

 

Pour ceux qui pensent que c'est un format inintéressant pour sa bankroll, voici ma petite courbe:

 

coca-shark.jpg

 

sharkscope.jpg

 

Ha, ça fait plaisir... Courbe intéressante n'est-ce pas?

 

Cela dit, il y a des aspects spécifiques à ce type de tournoi que je ne comprends pas encore à 100%. L'un de ces aspects est le changement de vitesse. Non pas dans l'agressivité, mais bêtement dans le nombre de mains jouées (ou plutôt simplement distribuées).

 

En Rush Poker Tournament, la vitesse des mains jouées change à volonté de manière conséquente. On peut en utilisant le bouton "quick-fold" se voir proposer environ 350-400 mains de l'heure! Ou au contraire en ralentissant au maximum, et en utilisant alors le bouton "sitting-out", on peut tomber à environ 50-60 mains de l'heure.

La différence est considérable, et je me pose sans arrêt la question de savoir s'il faut accélérer ou ralentir, en fonction de la profondeur de mon tapis, de l'ITM, de l'ICM, de la bulle de la table finale, etc..

 

C'est le seul type de poker qui permet à ce point de faire varier cette "vitesse de pointe".

 

Même si je suis maintenant quasi certain de la manière d'aborder les premiers niveaux (environ jusqu'à l'arrivée des ante), avec la vitesse d'une formule 1 (pour voir un maximum de bonnes mains tant que le coût des blinds est faible), je suis toujours à la recherche de la meilleure formule à certains moments clés du tournoi.

 

Quand les ante arrivent, le coût "blinds +ante" devient trop important pour folder 30 mains de suite sans jouer (on se ferait trop vite déblinder). Le simple fait de jouer plus de coups ralentit donc la cadence de manière naturelle. Il n'est souvent pas forcément nécessaire d'aller jusqu'à ralentir le plus possible en utilisant le bouton "sitting-out" (qui permet en plus, pour les débutants en Rush Poker, de rester à la table pour voir le coup jusqu'au bout).

 

Mais parfois, dans des situations spécifiques, la possibilité de prendre un maximum de temps est indispensable pour survivre, en comptant alors sur l'élimination des adversaires. Pour accrocher une table finale par exemple, quand le jeu est alors en short-handed extrême (tables de 4). Dans ce cas précis, avec un tapis moyen, et alors que les éliminations s'accélèrent, mon instinct de survie m'amène à prendre le plus de temps possible, de "sitting-outer" un maximum, pour tenter d'accrocher par exemple une TF sans trop de risque avec un tapis moyen.

 

L'instinct c'est bien joli, mais je n'arrive pas à avoir une explication mathématique claire et précise en fonction d'éléments tels que mon stack, le coût blinds+ante par tour, le rythme d'élimination des adversaires, la moyenne des tapis, le % des blinds +ante par rapport à mon tapis et de la moyenne,... etc...

 

J'ai essayé de comprendre vaguement ces aspects mathématique en introduisant quelques formules dans un tableau Excel, mais c'est le gros bordel!

 

Au moins, cela m'a bien confirmé (même si c'est relativement intuitif) que plus le tapis est faible, plus l'impact d'accélérer ou de ralentir est important en terme de survie. J'ai calculé ainsi qu'en étant très short (M=5) et sans jouer une seule main, on assiste à la fonte de son tapis de respectivement 60%, ou de seulement 12% lors d'un niveau de trois minutes (le standard des 135 joueurs)... Uniquement en choisissant d'accélérer ou de ralentir, de "quick-folder" ou de "sitting-outer"!

 

En sachant que pendant ce temps, les éliminations se succèdent, les calculs classiques d'équité et d'ICM sont mis à mal!

 

Bref, même si mon bon sens me fait accélérer avec un gros tapis, et ralentir avec un petit à l'approche d'une bulle, je ne suis pas certain à 100% de cette technique. Et ne sais trop que faire quand je suis dans la moyenne, 15 minutes avant la bulle ITM par exemple...

 

Bon je cherche encore, et je vous fais signe dès que j'ai une stratégie plus précise!

 

Lesage en mode "je sors à 17h00 de ma chambre d'hôtel car il s'est enfin arrêté de pleuvoir!"...


 


 


Commenter cet article

LeSage88 06/08/2010 23:26



Détail d'importance: en rush poker tournament, dès que l'on est exactement (plus qu'une seule élimination) à la bulle (des deux bulles en fait : celle pour l'itm et celle pour la table finale),
il ne sert plus à rien de se mettre en sitting-out pour gagner du temps et/ou assister au déroulement du coup jusqu'au bout. Leur logiciel a été programmé pour qu'à la bulle on ne peut plus
éviter de passer immédiatement à une autre table dès que l'on folde...


Et il n'y a pas de "main par main"...


La bulle de la table finale ne peut donc pas être zappée, il vaut mieux donc avoir un tapis conséquent, et bien sûr jouer agressivement, sinon on est mort...



Ricardoc 05/08/2010 23:51



Article très intéressant !


Merci.



LeSage88 05/08/2010 19:15



Oui joli raisonnement. Mais par contre concernant les autres joueurs et le rythme d'ensemble du tournoi, c'est extrêmement stable. (je parle des sng 135 joueurs). Donc le "speed rake" (néologisme
approuvé!) de la moyenne des adversaires est assez précis. Sauf peut-être aux alentours des bulles (ITM et TF), et c'est là que cet aspect de "speed rake" est déterminant...


TY pour ta contribution.



papri_ngomo 05/08/2010 18:14



(cette reflexion s'applique aux tournois et SNG seulement)


A mon avis, il faut construire une donnée mathématique selon les niveaux. Cette valeur prend en compte la durée et le cout sur tout le niveau. Rapprocher cette valeur avec le nombre de mains par
heure va montrer des infos. On pourrait appeler cette donnée le Level Rake ou Speed Rake par exemple.


C'est un peu comme en cash game standard, si on joue plus de mains, on paie plus à la room.


Intuitivement, on se rend compte que passer d'un niveau sans ante à un niveau avec ante coute beaucoup plus cher si on garde la même fréquence de mains. Donc en baissant sa vitesse, on peut
garder un Speed Rake constant.


On s'apercoit aussi qu'après une rentrée de jeton, on peut se permettre une accélération instantannée du speed rake mais garder un speed rake moyen constant sur le niveau.


En revenant à nos problèmes d'enfance, des outils de calculs de croisements de train pourraient fonctionner la dessus. Et le stack pourrait correspondre aux heures de passage des trains ou une
bidouille comme ca.


Pour les plus gros matheux, on pourrait appliquer les équations de mécanique (position / vitesse / accélération). En définissant une estimation de durée du tournoi, il serait facile d'estimer un
speed rake à appliquer sur tout le tournoi pour arriver ITM.


Problème : si tout le monde applique cette solution, l'estimation initiale est fausse car la durée est plus longue. Donc celui qui gagne c'est celui qui a choisi le speed rake qui correspond au
speed rake effectué.