Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par lesage

cure.jpgDepuis environ trois mois, lors de mon trajet du matin à vélo pour me rendre à mon travail, je croise un ecclésiastique. Du moins je suppose: il est vétu d'une grande soutane, et d'un chapeau romain.  Abbé, prête ou curé. Disons moine, car l'habit le fait paraît-il.

 

Celui-ci m'a l'air très sérieux. Pas le style d'un Don Camillo ou Don Panzani, avec accent du midi (désolé pour la faiblesse de mes références religieuses).

 

Il est plutôt du genre à éviter si on doit confesser quelques problèmes conjugaux.

 

La première fois que je l'ai croisé, moi à vélo électrique et à quarante-cinq km/h, et lui à pied et donc à cinq km/h (estimation réaliste), je ne l'oublierai jamais: il était arrêté! (Et dont à zéro km/h en fait, mais ce sera la seule exception à la règle qui sera par la suite amplement confirmée).

 

Ce n'est certes pas la vision d'un moine à l'arrêt qui m'a interloqué. Mais plutôt l'intérêt qu'il portait à un jeune âne (l'animal, pas un homme stupide).

 

Un âne dans un pré qui faisait, probablement, un rêve érotique plutôt hot (avec ânesses en chaleur à fortes poitrines) à en juger l'effet que cela avait sur son organe reproducteur, très imposant. Spectaculaire même!

 

Vision fugitive, d'une ou deux secondes, mais marquante par le décalage de la scène. Difficile de ne pas essayer d'imaginer qu'elles peuvent être les pensées d'un moine face à cette luxure animale aussi manifeste... Parions qu'il a dû confesser ses pensées le soir même, avec à la clé des dizaines de psaumes à réciter en pénitence.

 

Dès le lendemain, quelques centaines de mètres plus loin, je le recroise. Puis, derechef, le surlendemain. En fait je l'aperçois maintenant chaque fois. Jamais il ne fait faux bond.

 

Pas de quoi en faire un billet? Pour un blogueur normal peut-être. Mais contrairement à votre Président, je ne suis pas tout à fait normal. Le fait de croiser un moine chaque matin, dans une zone de contact que j'ai délimité à environ trois mille mètres, me perturbe. Un peu. Beaucoup.

 

Avec quelques questions existentielles...

 

Tout d'abord pourquoi donc environ trois km de zone de "contact" possible? Mon départ pouvant se faire dans une période d'environ cinq minutes de battement, j'ai dû retravailler les problèmes de type "train à quarante-cinq km/h qui croise un autre se déplaçant à cinq km/h"... Premier résultat du calcul: la haine des profs de math sadiques a subitement ressurgi. Mais l'autre résultat, plus scientifique, prouverait bel et bien que c'est le moment de mon seul départ qui peut expliquer la distance des trois mille mètres délimitant la zone de rencontres.


Il est donc bien possible qu'il parte tous les jours de son (église, paroisse, caverne ou autre) exactement à la même heure, ce qui me paraît hautement probable, vu le sérieux apparent de cet ecclésiastique-là.

 

Autre problème, tout aussi perturbant: pourquoi toujours la même route? Pour ma part c'est évident, je passe par le même trajet pour aller travailler. Parce que c'est le parcours le plus court. Mais mon moine lui, se balade semble-t-il. La campagne est belle dans cette région. Bon Dieu, pourquoi faire toujours la même route chaque matin à la même heure!!?

 

Ferait-il son chemin de croix sous mes yeux chaque jour?


Mais alors pour expier quel péché?

Véniel? La punition serait un peu trop lourde.

Alors ... mortel?

 

Mon Dieu mais lequel? On pense au pire, comme chaque fois avec les curés... (Dieu me pardonne).

 

Pourquoi ne pas rompre le silence? Depuis trois mois les regards se croisent. Que pense-t-il de ce cycliste casqué, ganté, lunetté, qui roule à tombeau ouvert trop agressivement sur les petites routes bucoliques genevoises?

 

Bien sûr, si la personne croisée chaque matin était une jeune femme blonde aux yeux d'émeraude, cela faciliterait sans doute la prise de contact, de ma part du moins (que Dieu me repardonne). Mais je suis curieusement moins enthousiaste à perdre quelques minutes de mon -précieux- temps pour discuter avec un moine. Expiant potentiellement un péché mortel de surcroît...

 

Est-ce alors -j'en tremble- un signe du Dieu Tout Puissant, pour me mettre à l'épreuve de ma non-croyance en LUI?

 

Qui sait que je sais qu'Il n'existe pas, pour de simples raisons de probabilités (voir par exemple cet ancien billet blasphématoire)?

 

Est-ce que ce moine, un bon matin, se mettra subitement en travers de ma route, les bras écarté avec sa grande croix (plus ou moins comme ce petit chien qui m'avait coûté un ligament du pouce mais sans la croix) en criant de sa voix caverneuse: "Dieu existe, Vade Retro Satanas, et Tutti Quanti" ??

 

 

...

 

 

Je crois que demain, je vais prendre le bus...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Centre d'appel 22/11/2012 14:23


je découvre ce site, je tombe sur ce billet et je l'adore déjà! j'aime votre style d'écriture et surtout l'histoire! c'est vrai que c'est intriguant! à votre place, j'essaierai de tailler une
bavette avec ce moine, qui sait ce qui se passera, en tout cas je parie que la curiosité l'emportera...le bus c'est pas terrible, lol

TiTi PoKEr 21/11/2012 17:38


A défaut de bus, un taxi .... VN post

Kalimhiro 21/11/2012 16:38


Soeur ma soeur Anne, ne vois tu rien venir ?


(cf mail envoyé)

lesage 18/11/2012 21:59


@lessim: non pas pu, anniv de ma tendre épouse...


@Rince: grosse culture générale !

Lessims 18/11/2012 21:00


J'ai ri, mais je ne t'ai pas vu au wipiti Grenoble, dommage il y avait plein d'ânes

rincevent 18/11/2012 17:49


Curé de Camaret?

lesage 18/11/2012 15:07


@Stefal: tu penses que c'est Kant réincarné en moine? ça me fait encore plus peur...

stefal 18/11/2012 14:50


En espérant que les bus restent au dépôt pour grève. Les billets cyclistes sont trop beaux!


Ton moine me fait penser à Kant et à sa promenade.