Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Lesage

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT7kBJ_MUQRYqDlbvSFPnSFSQFoazIDRdNCZm7AL-EXuzAhmpWyMalgré mes petits malheurs de vols planés à vélo, je ressens de bonnes vibrations tant dans ma vie professionnelle (les modèles 2012 sont exceptionnels en terme de rapport qualité-prix), que dans mon autre vie, celle de petit amateur de poker.

 

Je suis enfin relativement sûr de mon style de jeu, de son efficacité. J'espère avoir passé un cap, le plus difficile, celui du combat contre sa personnalité, contre soi-même.

 

Comme dans la vie réelle, c'est ce qui est le plus compliqué.

 

Car j'en suis certain: à partir du moment où l'on a intégré les bases techniques et stratégiques les plus efficaces du moment (mais il faut suivre, cela évolue), le plus grand problème est de vaincre son caractère, son psyché.

 

Certains devront se brider: les gambleurs dans l'âme, dont l'agressivité et la prise de risque sont innés chez eux, devront faire d'énormes efforts pour se calmer. Je ne suis pas loin de penser que c'est plus facile (mais plus dangereux) que pour ceux de l'autre camp...

 

Pour les autres en effet, en grande majorité certainement, qui sont au contraire peu enclin à prendre des risques inconsidérés dans leur vie réelle, ces "bons pères de famille" devront débrider leur style. Car au poker c'est une attitude de looser... Vous savez, on va loin dans les tournois régulièrement, mais on ne gagne jamais, faute de prendre les bons risques aux bons moments...

 

Certes parfois, un "one time" sera l'arbre qui cachera la forêt. Un coup mal joué qui se transforme en une montagne de jetons, une suite incroyable de premiums, ou encore des adversaires particulièrement faibles, permettent sans talent particulier de gambleur de shiper de temps en temps un MTT.

 

Le nombre de fois où j'ai passé en tête d'un tournoi, pour ensuite m'écraser loin de la table finale, rattrapé par la montée des blindes et par des adversaires moins craintifs, est tout simplement si gigantesque que j'aurais droit à une flagellation en règle de la déesse du poker (bah on a les fantasmes que l'on mérite hein...).

 

Mais depuis quelques temps, je ressens de bonnes vibrations. Les montagnes de jetons accumulés en milieu de tournoi ne sont plus une forteresse à défendre, pour ne pas les perdre, mais des munitions pour monter encore mon stack.

 

Vous allez me dire que tout le monde sait çà, que c'est même une des bases du poker de tournoi moderne. Mais je le savais depuis longtemps! Encore faut-il avoir son psyché sous ses ordres pour envoyer son tapis avec une poubelle, en le risquant dans une situation qui s'impose, plutôt que d'obéir à la petite voix de la sagesse qui susurre qu'il vaut mieux attendre une belle main avec ses 50BB (et 10 minutes après les blindes on doublé, la premium n'est pas venue, et il ne reste plus que 20BB dans son tapis...).

 

Accepter que son gros tapis fasse le yoyo, baser son poker sur le raise/fold, plutôt que sur le "raise avec une premium si possible à tapis pré-flop" tellement on joue peu de mains, est l'une des clés de ce jeu.

 

Je dois tellement lutter contre mon "faux bon sens", qu'il m'arrive fréquemment en late game de cacher mes cartes, pour ne pas être influencé par leur valeur, et de ne les dévoiler que lorsque j'ai décidé de folder "any 2 cards", pour m'assurer de ne pas jeter tout de même une paire d'as...

 

C'est totalement absurde, je l'admets, mais on lutte comme on peut contre soi-même!

 

Ces bonnes vibrations expliquent en partie (mais un good run dû à la seule chance est possible et n'est jamais facile à déceler), mes bons résultats en step, où la tension est palpable aux diverses bulles de ces SnG à gros buy-in Je cachais souvent mes cartes pré-flop en fins de steps. Maintenant sur ce format je ne ressens plus ce besoin-là.

 

L'autre soir, sur mon deep run des Winamax Series, j'ai vraiment appliqué une stratégie d'agression constante en late game. Sans avoir besoin de cacher à la partie trop sage de moi-même, les nombreuses poubelles relancées en 3bet...

 

Aurais-je remporté une bataille contre la partie de mon psychisme la plus conservatrice?

 

A suivre, car remporter une bataille ne sert à rien si l'on ne gagne pas la guerre ...

 

Edit: encore un deep run hier soir (event 23 des Winamax Series)...

 

good run winamax

 

---------

 

Good vibrations des Beach Boys figure sur l’album Smiley Smile sorti en 1966.

 

Extrait du très bon site Zicabloc:

 

Brian Wilson explique, en partie, le thème abordé dans Good vibrations, en remontant les années. Petit, il ne s’expliquait pas les discours de sa mère à propos de vibrations, autrement dit, d’ondes, bonnes ou mauvaises. Brian Wilson était même apeuré à l’idée que de telles choses, invisibles et impalpables, puissent exister. L’écriture de Good vibrations devint rapidement une obsession pour Wilson qui s’enferma chez lui pendant que les Beach Boys enchainaient les concerts. Cet isolement et cet acharnement lui valurent d’être considéré comme un véritable génie, tant son travail d’enregistrement et d’orchestration était révolutionnaire. Good vibrations nécessita 90 heures d’enregistrement studio ainsi que 70 heures de bande sonore et 40.000 dollars de budget, ce qui constituait, pour l’époque un record.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

KKof 10/10/2011 20:29



Tiens Lesage ne le serait-il pas tant que ça ?


100% d'accord avec toi et je dois dire que mes dernières perfs live je les dois à ce genre de changement d'hatitude.


Malheureusement il faut arriver à oublier le buy in déboursser ou le fait que l'on ne joue que trop peu en live pour tout balencer sur une prise de risque de ce genre.


Bon courage dans ta méthamorphose et bon rétablissement.



lesage 10/10/2011 12:58



@arcanes: très bon commentaire, qui mériterait un billet complet!



lesage 10/10/2011 12:56



@rincevent: ah bon? moi j'aime bien lire tes billets pourtant...



Rincevent 10/10/2011 12:14



Très frustrant de lire tes billets ces temps-ci...



lesage 10/10/2011 04:51



Pour illustrer ce billet: un nouveau deep run sur un event des Winamax Series (14ème pour 440 euros). Et 11h00 de tournoi...  (il est 5h00 du mat!) Déçu de ne pas accrocher une fois de plus
de justesse une TF... mais content de mon jeu!



Arcanes 09/10/2011 20:25



Que je comprend tes propos. C'est bien là que je me sens au pied de la montagne, de transcender cette pshychologie qui tend à une nature plus défensive que d'attaque. Le fait de savoir est
d'autant plus frustrant  car l'appliquer demande de sortir de nos chemins connus et habituels. Cela demande beaucoup plus d'énergie pshychique et l'on peut soit s'épuiser trés vite (sur des
tournois trés longs ) soit perdre la maîtrise et s'emballer par la gravité que l'on ne sait équilibrer. Ce qui me semble dur ( pour moi ) c'est de ne point tirer la bonne xp de ces
gamelles ascensionnelles, comme si je devais être rattrapper par ma propre psycho, tel un aéronef qui finit par bruler tout son carburant et n'arrive plus à se soustraire à la pesanteur. C'est
pourquoi je travaille plus mon mental que ma technique. ( ce qui peut être un erreur en soi )


Je te souhaite une bonne mise en orbite