Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par LeSage88

Je vous laisse deviner la signification de ces trois mots de suisse-allemand en ce début janvier 2011 (pas trop difficile)... Pour le premier billet de cette nouvelle "saison", un billet "patchwork".

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRymXcPRaFayNZGIfct4cxSqP9os-t6ZQxAuzijmfyNKBtlUM-x2011 l'année du Schwyzerdütsch

 

Révolution controversée dans nos écoles romandes: dès la rentrée prochaine nos petites têtes blondes auront droit à des cours de "sensibilisation" au Schwyzerdütsch, au suisse-allemand...

 

Dans mon beau pays, il y a un "Röstigraben", barrière ou rideau du Rösti (spécialité culinaire suisse-alémanique) qui désigne les différences de mentalité et le clivage politique entre la Suisse romande francophone et la Suisse alémanique germanophone.

 

A chaque votation "sensible", et il y en a de nombreuses dans notre pays et sa démocratie directe, la barrière du Röstis se matérialise nettement. Exemple typique: dès que l'on vote sur des sujets impliquant les étrangers (minarets, loi d'expulsion, etc...), le clivage se transforme en véritable fossé.

 

Je suis fier d'ailleurs d'être Genevois, car ma ville est toujours en tête de l'ouverture aux étrangers, et largement... Normal dans une ville internationale où il y a très peu de Suisses à 100%. Un exemple pour tous ceux qui pensent que l'intégration et l'assimilation des étrangers est souvent difficile. Ici cela va de soit (ou presque)!

 

C'est donc d'autant plus rageant quand des initiatives à la limite du racisme passent la rampe au niveau national, avec ce fossé des mentalités qui se dessinent chaque fois ou presque sur les cartes des résultats des votes...

 

Bref, le gouvernement genevois a pensé nécessaire que l'on soit sensibilisé au suisse-allemand... Pour mieux se comprendre... Dans cette langue terrible, où il faut crachoter des postillons pour bien la prononcer... Sans doute phonétiquement parlant la langue la plus moche qui existe sur cette planète!

 

Donc au lieu d'améliorer notre anglais, indispensable dans notre cité qui héberge, faut-il le rappeler, les instances de l'ONU et de dizaines autres organisations internationales, ou même de faire une heure de gym de plus (pourquoi pas), nos écoliers vont perdre leur temps à chahuter en suisse-allemand (car ce sera un cours non noté heureusement)...

 

Dernier point: chaque canton alémanique a son propre dialecte suisse-allemand, avec de grosses différences d'une région à l'autre... Vont-ils apprendre le Bernois, le Zürichois ou l'Appenzellois?

 

Doof! (Stupide en suisse-allemand)


 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSfXhqyahMduUDF9p9Uz_2BNJBN9I6I_7FfDlNqeEzBOPJCvGfgNQ1er Janvier 2011: 114% de ROI (lol)

 

Premiers tournois hier 1er janvier, premiers ITM, premiers bad beats, premiers good beats. Un condensé de peut-être l'année entière? Si je pouvais garder le taux de ROI à ce niveau au 31 décembre 2011, je prends!

 

Condensé d'émotions de toute sorte cela dit. Avec le secret espoir de faire une perf dès mon premier gros MTT (un $11+R Rush) avec l'apparition de mon pseudo plusieurs fois dans le top 10. Un petite voix qui me susurrait "voilà tu va être certain de finir positif en 2011 si tu le gagnes celui-là (11k)". C'est stupide je sais, car la table finale était encore à plusieurs heures de vol, mais je n'ai quasi aucune autorité sur ma petite voix...

 

Inutile de préciser que j'ai fini bien loin, avec un ITM sans importance, et en plus sur une décision douteuse de prendre un coin flip avec AKs alors que j'avais encore du temps (35BB). La pièce s'est retournée du mauvais côté.

 

Cela dit ces quelques premiers tournois m'ont confirmé que mon année 2011 sera probablement encore en majorité tournée vers le Rush Poker que j'apprécie toujours autant. Notamment la version "On Demand" (avec une table finale hier) et qui apporte en deux heures chrono toutes les émotions d'un vrai MTT, 250 à 350 adversaires en moyenne, 400 mains jouées et une relative bonne profondeur sur tout le tournoi. Plus deep en fait que certains gros tournois beaucoup plus long et censés être très deep...

 

Je prépare d'ailleurs un article sur la comparaison de la "deepitude" (profondeur) des MTT standards, par rapport aux tournois Rush. Voici en avant-première un tableau que je dois encore étendre et vérifier à 100%:

 

tableau-deep-III.jpg


 

(*) = moyenne de BB dans son tapis à trois joueurs restants en table finale...


J'y reviendrai au prochain billet.

 


http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTfzoADwQ5-ju6vJrafGDnwIIIp6ESlyggZFw4ea4S_Yps55vbPRétro or not rétro ?

 

La tradition est de faire des bilans, des rétrospectives au passage d'une année à l'autre. La blogosphère de poker, dans son minuscule monde, n'a pas échappé à la règle. Même si j'ai hésité, je l'ai fait aussi. D'autres ont exprimé leur réprobation face à cet exercice "obligatoire" très nombriliste.

 

Il est vrai qu'il y a une énorme part d'égocentrisme à le faire: qui s'intéresse réellement à nos résultats?

 

Je constate qu'en grande majorité, ceux qui ont eu une bonne année ont pondu un joli billet vantant leurs mérites et exploits (moi itou!), et ceux qui n'ont pas eu cette chance ont botté en touche.

 

Et bien? C'est normal et c'est humain après tout, non? Comment ne pas avoir envie de partager (blog = partage, hein!) les bons moments, et vouloir par contre ne pas trop s'étendre sur les mauvais?

 

En tant que lecteur, après tout, si on consulte régulièrement les billets d'un blogueur, on est prêt à "subir" les comptes-rendus de tournois victorieux, de la même manière que l'on "subit" les bad beats incessants des autres...

 

Un bon blog de poker n'est tout de même pas une oeuvre littéraire, on s'attend d'y trouver des victoires et des défaites, des good beats et des bad beats, de l'autocongratulation, et plus rarement (mais certains sont maîtres en la matière!) de l'auto-flagellation.

 

Bien sûr lire un billet d'un exploit rend un peu jaloux, avouons-le... Pourquoi lui, pourquoi pas moi? Ô râge et désespoir... Par contre quoi de plus agréable que de lire le compte-rendu d'une semaine de catastrophes, d'un mois de désastres, voire d'une année complètement pourrie?

 

C'est le paradoxe, et oui, on aime bien les catastrophes quand elles n'ont pas lieu chez nous. Cela rassure, cela apaise... Je ne l'invente pas: n'importe quel psy pourra vous le confirmer (la preuve: il vous facturera un max sa séance d'une petite heure pour que vous puissiez vous plaindre à votre entourage, qui en retour pourra se plaindre à son tour d'autres tracas; au bout du compte tout le monde se sentira mieux...).


Je vous souhaite donc à tous un grand brocage 2011, pour que je puisse me sentir le mieux possible!

 

 

J'exagère? Oui un peu tout de même...

Commenter cet article

Lessims 03/01/2011 11:58



Bonne année à toi et à tous tes compatriotes suisses, suisses-allemands, et aussi aux suisses-italiens (il y en a aussi non ?)


Continues à nous pondre des billets super bien écrits, ton blog est très agréable à lire et toujours intéressant



LeSage88 02/01/2011 23:35



@eiffel: oui ok mais résumé bilan rétro etc... j'en ai plus lu des bons que des mauvais hein! (mais c'est vrai je les lis pas tous comme toi )


Et ceux que j'ai lu étaient sympas et intéressant (exemple: Stefal, Fred)...


Bon ça prouve peut-être seulement que la majorité des blogueurs ont été positifs en 2010 après tout!



eiffel 02/01/2011 23:11



un peu rapide, ton interpretation du bilan ou pas selon les résultats... pour ceux qui suivent les blogs toute l'année (comme je le fais), un bilan, c'est la redite des nombreux billets qui ont
rapporté les victoires et les défaites... cela peut -être un résumé mais dans ce cas, un seul billet suffit pour ne retenir que les grandes lignes et renvoyer vers les articles ... sinon, ce
n'est plus un résumé



LeSage88 02/01/2011 22:54



@Nantais: on apprend en principe l'allemand (cela dit très mal), mais pas le suisse-allemand qui est un dialecte (comme le basque par exemple). C'est une langue orale et populaire. Et franchement
horrible... Tous les suisses-allemands écrivent et s'expriment en "hoch deutsche" en bon allemand.


Genève est le seul canton (le premier en tout cas) à aller dans cette voie. Et les profs romands ne seront pas sérieusement formés pour enseigner cette langue. Cela risque donc d'être des cours
de type "récré" jamais très utiles, d'autant plus que les profs eux-mêmes sont contre...


De plus on communique entre suisse-romands et suisse-allemands en anglais dans 90% des cas... Et ça fonctionne très bien comme ça!



LeSage88 02/01/2011 22:43



Le système suisse est tout de même assez astucieux, et permet d'éviter des dérives:


Lorsqu’une initiative populaire est lancée, c’est-à-dire une pétition de 100 000  signatures pour faire voter un nouveau texte de loi par référendum, le parlement est appelé à donner son
avis sur cette initiative. En général, le gouvernement et sa majorité adoptent un contre-projet qui sera mis aux voix du référendum en même temps que le texte d’origine de l’initiative populaire.
L’expérience prouve que souvent, c’est le contre-projet parlementaire qui l’emporte. L’initiative populaire a permis en fait au parlement de s’exprimer sur un sujet qui semblait tabou à
l’origine, en tenant compte de la volonté des citoyens de le voir abordé. L’initiative populaire est donc plus une arme anti lobby qu’une arme anti parlementaire.


(copié-collé par flemme)...



Nantais 02/01/2011 21:50



sacre post pour cette nouvelle année !


Pour ce qui est d'apprendre le suisse/allemand, je suis étonné, car je pensais que c'etait déjà le cas. Ca me parait la moindre des choses d'essayer de vous comprendre dans ce pays si
particulier.


Pour les referendums, c'est déjà un miracle de reussir a fonctionner en demandant a tout le monde leur avis sur tout.


Decidement un pays à part, que l'on aime aussi pour ça



stefal 02/01/2011 18:58



>Lesage


Bien évidemment. Je me suis probablement mal exprimé et ta réponse va dans le sens de ce que je pense.
Le danger avec les référendum (amha) est que ce système est très sensible à l'actualité.


Le lendemain d'un crime horrible, le peuple votera majoritairement pour la peine de mort alors qu'il n'en serait pas de même en période plus calme.


 



LeSage88 02/01/2011 18:52



@stefal: notre démocratie directe devrait avoir quelques ajustements, parce qu'on vote trop souvent pour des sujets trop sensibles où les arguments volent bas... Mais mieux vaut trop de
démocratie que pas assez...



stefal 02/01/2011 18:36



Je n'ai jamais pensé que le référendum est la meilleure façon de pratiquer la démocratie. Mais peut-être que je me trompe.



Arcanes 02/01/2011 18:10



Grand sourire à la lecture de ton post... Blog=partage , certes mais je v quand même tenter d'éviter le brocage malgré le bien qu'il pourrait suciter ;)



Pat 02/01/2011 16:00



lol, je viens de voir sur twitter ;)


ça aurai pu... ;) 



marcico4 02/01/2011 16:00



Quel pêche mon ami tu as en ce début d'année !!!


Continue comme ça et GL pour cette année 2011.



Pat 02/01/2011 15:58



cela fait du bruit ?