Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par LeSage88

Dans la série " je me fais craquer mes as", ne manquez pas "autant trois fois qu'une"...

Quand j'ai vu les petites piles de jetons aller vers les trois autres gugus, j'ai eu un moment de grande lassitude...

Se faire craquer les as, ok. Cela arrive même souvent (une fois sur 5 à peu près en  tête à tête). Mais à quatre dans le coup, les trois autres me plantant un coup de poignard dans le dos...

A noter le 58s et le J3s dans le coup, alors que j'ai sur-relancé pré-flop pour éviter ce genre d'accidents. Mais ce tournoi est un $1.10 sat pour le PCA de Pokerstars. Presque un freeroll, et en tout cas ça joue comme un vrai donkafreeroll... Difficile dès lors d'isoler un seul gugus sur ce genre de tournoi.

Pas grave bien sûr, mais bon. Cela relativise la force des AA.

Jeu de chattard.







Sinon, ça va chez vous ?

Ici à Genève en ce lundi triste, il pleut, il fait froid. Les montagnes que je vois depuis mon petit chez moi sont blanches. Bientôt le ski.

Comme souvent le lundi après-midi, je peux me permettre une session de MTT pendant ma journée de congé. J'ai remarqué que mon niveau de jeu est sensiblement meilleur le lundi après-midi que le reste de la semaine. Pas étonnant en sachant qu'après une journée de boulot, j'ai tendance à dormir dès 00h00 entre chaque "bip,bip" de l'alerte de Pokerstars ou du "ding dong" de Fulltilt.

C'est d'ailleurs la résistance au sommeil qui me paraît le plus grand désavantage des quadras contre les jeunots du net. Inutile d'essayer de multitabler des tournois toute la nuit, la fatigue et l'envie de tout envoyer en suicide pour aller se coucher est souvent trop forte pour jouer efficacement. Quoique parfois cela permet de monter de jolis tapis...

C'est pourquoi j'ai considérablement ralenti les inscriptions en tournoi après 21h30. Car on se retrouve vite à batailler jusque vers 3h00 du mat en cas de deepitude, et on n'est jamais 100% à l'abri d'une perf !

Pas de miracle donc pour ceux qui ont un vrai boulot: il faut se résoudre à jouer pour le plaisir avant tout en tournoi, car il est quasi imposible de contrer Miss Variance avec 2-3 tournois par jour.

L'autre possibilité ce sont les turbos. Oui mais quelle merde. Je tente quelques 2$ turbos 180 joueurs en ce moment, poussé par mon jeune apprenti qui a quelques résultats sur ce format ces derniers temps. Si il y arrive, je devrais m'en sortir, quand même !!

Oui ça va vite, vite. En trente minute il ne reste que 60 survivants sur les 180 de départ. Mais je me prends horreur sur horreur. Pourtant en jouant hyper serré. Mais comment s'en sortir si vos bonnes mains affrontent 3 à 4 calling station, qui vont voir TOUS les flops, chaque fois ?

Je pense que je ne me suis pas encore assez adapté à cette donne. Où je relance à 3 fois le big blind en début de tournoi, je devrais passer à 6 ou 7. Minimum. Et passé les 20 premières minutes, seule la relance à tapis peut éventuellement faire le ménage.

Mais le facteur chance est décidemment trop important pour moi sur ces formats-là.

Non. Je crois qu'il va falloir me résoudre à me remettre aux SnG, de 9 à 45 joueurs. C'est moins excitant, mais je suis convaincu que c'est sans doute la seule solution pour arriver à caser du poker de tournoi online de 20h00 à minuit, sans risque de lutter contre le bip bip et/ou ding-dong...

Encore va-t-il falloir le faire... Moi qui aime tant la compétition des gros MTT...

Dernier point: je vais essayer de calculer une fois pour toute, la meilleure manière de re-buyer (ou non) pendant la période initiale des x$+R, des 1R1A, et des 2R1A, en fonction du nombre de BB, du champ de joueurs, et de la structure du tournoi. Il doit bien y avoir une méthode pour calculer cela.

Notamment les curieux et atypiques 2R1A. Doit-on re-buyer immédiatement 1 ou 2 rebuys ? Ou faut-il se laisser une deuxième chance en cas d'élimination ?

Hier soir je me suis amusé à participer au 2R1A à 5$ sur PS, mais en ne prenant volontairement que le buy-in de base à 5$. Car après tout, participer souvent à ce tournoi qui coûte au maximum 20$, revient cher. Mais il peut être très économique si on n'investit que les 5$ de buy-in, avec dans ce dernier cas un gros bras de levier en cas d'ITM.

On reçoit en effet 2'500 jetons, soit 125 BB de départ. Est-il vraiment considérablement plus efficace de commencer avec le double ou le triple ? Je commence à en douter. La notion de "bloc utile" cher à Nicolas Levi en tournoi ne différencie pas les tapis excédants les 35 BB. Bien sûr, je sais bien qu'en cas de double up, il vaut mieux doubler 5'000 jetons que 2'500.

Mais dans ce cas précis qu'est le $5 2R1A de 22h35 sur PS, beaucoup de joueurs ne prennent pas d'entrée le moindre re-buy. Il est donc moins probable les trente premières minutes de pouvoir doubler 5'000 ou 7'500 jetons. C'est d'ailleurs contre les tapis de joueurs n'ayant pris aucun re-buy que vous doublerez la plupart du temps, car ce sont eux qui sont les plus enclins à jouer les ranges les plus larges (ils ne risquent pas l'élimination).

Il me semble donc clair maintenant, contrairement à ce que je pensais il y a peu, que sur ce tournoi-là, il n'est de loin pas indispensable de prendre les re-buys.

Hier-soir, l'expérience a été concluante. Mon tapis n'a cessé de monter, et je me suis retrouvé au-dessus de la moyenne en jetons, facilement, en attendant les bons spots. Pour me retrouver ITM avec 30$ de gagnés, soit 6 fois plus que l'investissement. Et sans hypothéquer mes chances d'aller plus loin (un gros flip de perdu pour un énorme pot m'aura eu, comme d'hab...).

C'est nul en matière de gain brut. Mais loin d'être négligeable dans le calcul du ROI annuel. Car contrairement à ce que l'on peut lire partout, le ROI annuel en MTT online, s'il est bien sûr tributaire des belles perfs avant tout (tables finales et surtout win), se nourrit aussi des nombreux petits ITM, car il est quasi impossible d'être gagnant sans eux sur l'année, à partir de mille tournois/an (sauf en chattant une fois le Sunday Million... ).

Dans les tournois re-buys, c'est aussi le nombre de re-buys qui peut faire la différence à long terme. Et je supute que si le tournoi re-buy offre assez de jetons à la base (100 BB ou plus), il est sans doute plus rentable à long terme de ne pas dépenser plus...

Mais bon. Faudrait quand même le calculer sérieusement, car je me méfie des impressions et du feeling en matière de poker online. C'est un jeu trop mathématique pour que l'on puisse se contenter de "je crois ou je pense".

 Si quelqu'un a une idée ou un article à me conseiller, un p'tit comm est bienvenu...







Commenter cet article

Guillaume 08/12/2009 13:39


Je peux pas dire grand chose sur les rebuys mais tu devrais peut être essayer les 180 turbo à des limites plus élevées, ce sont apparemment moins des boucheries. Sur les 12$, quand je me fais
sortir au bout de 30 mn,c'est plutôt en moyenne à la 80ème place (entre 67è et 114è). Et contrairement à l'idée reçues, on peut avoir un edge net sur ces tournois.