Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par LeSage88

Le poker... Inutile, risqué, chronophage, débile... Osez-vous parlez réellement du nombre d'heures passées à être devant votre écran, à votre entourage, voire même famille ou amis proches ?
Certes, j'assume ma passion. Mais avouez: sur un CV, mettrez-vous que vous faites 20 à 30 heures de poker online par semaine ? Vous hésitez, hein....

Pas facile, facile d'être pris très au sérieux quand on essaie de justifier sa passion. Surtout qu'au mieux le poker est généralement considéré comme futile, au pire comme dangereux. Limite à aller voir un psy pour dépendance aux jeux d'argent.

Avoir plus de 40 ans n'aide même pas. On est alors considéré par la majorité comme immature, et irresponsable. On ne vous le dit pas en face bien sûr. Mais ce n'est pas nécessaire: il suffit d'attendre les retombées de l'annonce à quelques personnes de son entourage: pour que tout le monde soit entrain de penser derrière votre dos que vous êtes entrain de dilapider l'argent du ménage...

Et pourtant ! Je me reproche de ne pas avoir découvert ce jeu avant. J'aurais évité moult erreurs dans ma carrière professionnelle... Et oui !

Que m'a apporté le poker ? La liste est longue... La voici (à mettre dans toutes les mains des sceptiques...):


La valeur de l'argent :

Je vais en surprendre plus d'un... Car on pourrait penser que le poker au contraire, c'est l'argent facile, des sommes virtuelles, et que l'on dilapide aussi vite qu'on l'a gagné. Et ben non !
Quand on a bataillé 5 heures pour gagner 10$ net, et que cela se répète souvent, la valeur de l'argent augmente. La notion de bankroll est importante. On se bat pour la préserver, et ce n'est pas facile, ou pour l'augmenter (mais là il n'y a que 5% des joueurs online qui y parviennent). Anecdote: comme je m'étais juré de ne pas remettre un sous de mes cartes de crédit sur un site, j'ai été très frustré quand je me suis retrouvé broke l'automne dernier sur PS...

Je me rappelle même avoir essayé une table de cash game avec les derniers cents de mon compte ! Mais j'ai tenu bon. Un mois. Puis est venu le fameux miracle: la troisième place au freeroll des championnats du monde des bloggers, avec le package plus 1'000 dollars sur mon compte ! Ce qui a relancé ma bankroll, avec laquelle je suis depuis ce jour, gérée désormais avec le plus grand soin...

Dans ma vie professionnelle, j'ai eu des moments où l'argent coulait à flot. Et il était beaucoup moins évident de continuer à ressentir qu'elle est la valeur de chaque euro. Le poker m'a fait comprendre l'importance de se battre pour chaque dollar, mieux que dans la vie réelle.

Bien sûr il est possible de dilapider de belles sommes au poker si l'on ne fait pas attention. Mais il me semble évident que tout le monde ou presque commence par perdre, parfois gros. Mais cela ne dure qu'un temps très limité. Puis on ressert la gestion de sa bankroll, jusqu'auniveau qui est propre à chacun, soit en déposant régulièrement de petites sommes sur son compte si on est un joueur perdant (souvent légèrement), soit en équilibrant les gains et les pertes pour survivre le plus longtemps possible avec les dollars engrangés.

Bref: je ne vois pas un autre domaine où l'on peut se battre autant pour gagner si peu, et en être très fier (chérie j'ai gagné 12$ cette nuit, j'suis trop content !)... (si votre chérie vous regarde comme si vous étiez fous, c'est normal, les femmes ça ne comprend pas ce genre de trucs, sauf les joueuses de poker, mais bon elles ne courrent pas les rues... à part Annette-15, et celle-ci je la laisse volontiers devant ses tables de poker... d'ailleurs m'étonnerait qu'elle arrive à courir... Vindiou je deviens macho moi!)
 

La prise de risque calculée

Dans ma profession (commerce de cycles), il faut parfois prendre des risques financiers pour gagner à moyen terme. On doit faire des commandes annuelles, en se référant à son expérience bien sûr, mais il est difficile parfois de comprendre qu'elle est le bon dosage (risquer de commander plus par exemple, pour avoir de meilleures marges, ou miser sur un modèle plutôt qu'un autre..).

Au poker, on prend à chaque instant la mesure du risque par rapport à la récompense potentielle. On doit être prêt à prendre plus de risque si le pot en vaut la peine. Se mettre all-in pour gagner en bluff un petit pot est une erreur de débutant, mais on apprend très vite à juger du ratio risque/récompense.

Je vous assure que cette approche m'aide à prendre des décisions. Dans la vie réelle, il est parfois difficile de prendre des risques. On a tous tendance à miser sur la sécurité. Pourtant, ceux qui gagnent beaucoup d'argent sont souvent ceux qui prennent des risques calculés, quand cela en vaut la peine. Pour eux c'est naturel. Mais pour le commun des mortels, ce n'est pas si évident que ça !

Depuis que je joue correctement au poker, je me réfère souvent à cet aspect-là. Est-ce que le risque en vaut la peine ? Autrement dit, si je risque 1'000.- par exemple, quel est la probabilité que cela me rapporte un gain ? Si je sens que l'EV est positive, dans mon commerce, (mais de manière plus net que 50%, hein...), j'y vais !


La ténacité

Qui a déjà tenu plus de 8 heures sur un tournoi de poker online (ou plusieurs jours en live) comprend ce que ténacité signifie. Ne pas craquer. Ne pas gambler en se disant sur un coup de tête "ça passe ou ça casse". Ne pas perdre son sang froid. Ne pas lâcher. Voilà c'est le terme adéquat dans la vie réelle: ne pas lâcher. Dans le business, c'est souvent le plus tenace, celui qui va rappeler 100 fois le fournisseur, qui va emporter l'affaire. Par usure de l'adversaire.

En table finale, c'est évident. Parfois l'objectif est atteint: une TF, une TF,yes j'y suit ! Et puis on lâche l'affaire, on part all-in en payant le tapis du chip lead avec AJ, largement dominé par la range probable du vilain... Et on comprend après que l'on vient tout simplement de bâcler au moment où c'est le plus important...

Tenace, je suis devenu, tenace je serai pour le reste de ma vie....


La discipline.

Il est pas bô ce mot. Pourtant une fois les bases techniques acquises, c'est sans doute ce qui fait la différence sur le long terme entre les joueurs de tout niveau. En gros il vaut mieux être un joueur moyen mais discipliné, qu'un génie qui tilte et dilapide les fortunes accumulées.

Pas besoin de faire un dessin pour comprendre ce que la notion de discipline personnelle peut avoir comme avantage dans une vie.... Même si un brin de folie est nécessaire pour que la vie soit sympa !


La notion de "hasard maîtrisé".

Au poker on est à la merci sans cesse du hasard, parfois en bien, mais plus on progresse plus on subit des bad beats. Et on doit bien faire avec. Même si c'est très difficile à accepter, j'en conviens! Mais avec un peu d'habitude, on accepte que les bad beats soient une des composantes du jeu, et même on admet que c'est ce qui le rend aussi attractif. Puisque le but est de réduire sur le long terme les effets du hasard, et de s'adapter aux moments les plus injustes (le long bad run qui n'en finit pas), c'est une école de la vie en accéléré.

Car si vous pensez que le hasard n'a pas d'importance dans votre vie réelle, vous êtes complètement irréalistes ! Ou trop chanceux d'ailleurs (attention les good run ne sont jamais sans fin...). Et surtout tout joueur de poker le sait: ce n'est pas parce que vous venez de subir les pires bad beats, qu'automatiquement la chance va tourner !

Et non: la chance (ou malchance) n'a pas de mémoire. (Il n'y a que P.Bruel pour croire aux cycles de chance et malchance, autant dire personne. Oups je suis méchant gratuitement là... ).

Votre femme vous quitte ? Attention une autre tuile est possible. Ou pas. On ne peut pas le savoir, mais au moins on sait que l'on ne peut pas le savoir ! Inversement, si par chance vous faites un joli coup commercial (au bon moment au bon endroit), rien n'empêche que vous ne fassiez pas une autre bonne affaire le lendemain. Ou pas.

C'est simplement une composante de la vie, et il faut faire avec: ne pas se surestimer si la chance vous aide, et ne pas se lamenter sans cesse, si la malchance persiste.
À long terme nos qualités (ou défauts...) font la différence.


Comprendre que le travaille paie.

Mon dernier billet parlait de la "loi" des 10'000 heures. On ne naît pas avec des dons. Ou en tout cas ce n'est pas suffisant. Il faut travailler beaucoup plus dur que les autres si on souhaite être parmis les meilleurs. Travailler, travailler et encore travailler. Vos stats au poker devrait en principe suivre la courbe de vos progrès, en fonction du nombre d'heures de travail. Bien sûr, comme les niveaux évoluent par palier, par déclic, ce n'est pas linéaire... Et il peut y avoir du surplace de certains, quand d'autres accélèrent. Mais au bout du compte, après 10'000 heures, la technique devrait être au point ! Après les notions de discipline et maîtrise de soi prennent toute leur importance pour départager les meilleurs. Mais plus vraiment la technique...

Dans la vie de tous les jours, les travailleurs seront souvent récompensés. A moins que la malchance et le bad run ne dure trop longtemps (ce qui est toujours statistiquement possible...). Car dans la vie réelle, le long terme est parfois au delà de la durée de la vie trop courte. Parfois. Et oui: la vie est souvent plus cruelle que le poker! Ne jamais l'oublier et relativiser nos petits bad beats de tous les jours....


Beaucoup d'autres qualités utiles tous les jours, sont présents au poker: concentration, gymnastique de l'esprit (maths, probas, etc...), observation, adaptation aux autres (ça c'est un point également vraiment indispensable dans le vie quotidienne). C'est presque en fait toutes les qualités d'un être humain qui sont solicités et exercées au poker. Mais en accéléré. Surtout si on multitable !

S'exercer à progresser dans tous ces domaines-là, est- ce vraiment inutile ???

Poser la question c'est y répondre....

A quand des cours de poker au collège ???? Punaise, j'aurais peut-être eu mon bac plus facilement, si j'avais commencé le poker à sept ans...


Dernier point: on apprend à avoir du courage au bon moment.
Et ça sert aussi dans la vie, non ?
















P.S. Attention: si cet article est sérieux, il ne veut pas du tout sous-estimer les dangers réels d'addiction, de perte de grosses sommes, de désocialisation. Mais comme dans tous les domaines, on doit être un minimum raisonnable... Gérer sa passion raisonnablement... Tout un programme. Comme dans la vie réelle, non ?? On y revient toujours...

Commenter cet article

locmaria_29 08/09/2009 21:58

Hello LeSage,

Je ne suis plus très prolixe sur mon blog (mais ça ne saurait durer !), cependant, je lis tes posts toujours aussi régulièrement. Et celui-ci, soulève une question récurrente pour moi. Qu'est-ce que m'apportent mes "activités" dans mon approche de la vie.

Et bien je pense, que de toutes les choses que m'apportent le poker, c'est vraiment la notion de risque acceptable qui transpire de mes réflexion. En effet, mettons en Head's Up, tu n'a aucun edge sur ton adversaire, on pourrait se laisser bouffer par les blinds qu'on arriverait aux 250/500 sur des tapis de 1500. Et bien dans ces cas-là, aucun problème, le moindre AQ+ ou 33+, je balance en espérant être suivi. Et advienne que pourra, j'ai choisi le coin flip. parfois le hasard est une bonne chose. Il faut savoir l'accepter quand il en est temps. Et si c'est pas pour ce coup-ci, le prochain ne sera pas loin.

Voilà, mon matche recommence je te laisse, continue man ! Bientôt la grosse perf je te sens bien là. Ne pas baisser les bras ! Go Go Go !

checkman 01/09/2009 15:56

C'est vrai que quand on dit qu'on joue au poker on a souvent la réaction faussement amusée, mais en réalité ça donne "il est fou ! Il court à la ruine !".
Pourquoi je me sens obligé de tout le temps préciser que je n'ai pas déposé d'argent pour pouvoir jouer ? D'ailleurs la plupart des personnes ne me croient pas quand je dis ça. Il suffit que j'explique qu'un site m'a donné 50$ pour pouvoir jouer pour qu'aussitôt vienne la fameuse phrase "tu devras bien les rendre un jour", ou alors "tu ne pourras jamais retirer tes gains".
Et c'est parti pour une explication du modèle commercial de l'école de poker, avec en prime l'argument "j'ai déjà retiré des gains" (pour les mettre sur une autre room, mais ça ils n'ont pas à le savoir ^^).

Finalement il n'y a que quand on tombe sur un autre joueur de poker qu'on peut enfin vraiment oser en discuter, mais c'est tellement rare.

Et pourtant pour moi aussi j'ai vraiment l'impression que le poker m'apporte énormément dans la vie courante. A mes débuts au poker j'étais "weak", faible. Pas de relance à moins d'avoir un jeu énorme, je lâchais facilement un pot avec une main pourtant très bonne.
J'ai du apprendre que ce n'était pas la bonne méthode (heureusement qu'en micro-limites un weak est quand même très souvent un joueur gagnant ^^). Et finalement ça c'est reporté sur ma vie de tous les jours.
C'est fini le temps où je me laissais marcher sur les pieds sans rien dire ("il faudrait que tu viennes bosser demain matin finalement" - "OK, pas de problème" ; maintenant c'est "ah non, j'ai déjà prévu autre chose et je ne peux pas annuler").

Le poker est une bonne école. Je pense que pour qu'il soit bien vu il faudrait simplement pouvoir éviter que les gens puisse déposer de trop grosses sommes dessus. Les quelques joueurs abusifs font une très mauvaise publicité à ce jeu, alors que la majorité sait très bien gérer tout ça.

jeeby2 01/09/2009 13:27

Sympa l'article et tellement vrai !

jongi 01/09/2009 06:01

Avis à tous les joueur romands et autres : une room de poker a ouvert cette semaine près de Gland. Je suis allé visité hier et le détour en vaut réellement la peine ! Tournoi d'inauguration le 19/09/2009, je suis inscrit.


http://www.spclub.ch/index_fr.php